Newsletter #11 / Communication 3.0, Covid 19 & Mme Soleil _ 10 sept 2020


Il y a quelques mois, début mars, je décidais de rebâtir mon édifice de communication. Back to the basics : la lettre d'information libre et sincère. Car il s'agissait d'en finir avec l'omniprésence du grand conglomérat communico-réso-socialo-connecté qui guidait mes stratégies de communication jusque là. "Non Mark, vous n'aurez pas ma liberté d'égocentrer" criais-je alors, "quelques notifications de désinscription pour harcèlement de boites mails valent mieux que cette poignée de pouce récolés à la sueur de mon égo et mon porte monnaie." Je préparais une belle lettre afin de reprendre contact avec vous (après deux ans d'absence... mes excuses). Et puis un covid passe par là et rideau. Basta. Plus rien à annoncer. Fichtre... J'ai depuis lors trouvé d'autres occupations, mais tout de même vous me manquiez. Voici donc quelques lignes en forme de tentatives de projection, et puis on verra pour la suite, on est plus à ça prêt.

Hypothétiquement,




"Individualism as a fuel for the artists collective"


On Tuesday, July 23, 2019, I was in Lodz for the Polish edition of Jazz Connective. I was supposed to take part in a public round table entitled "Music as a profession" which was finally postponed. Instead, I was guided into a small room, surrounded by about fifteen European professionals to talk about my career as a musician. Travel fatigue, Shakespeare's language, and an empty stomach combined with what is an unusual activity for me made this moment somewhat uncomfortable. "Every cloud has a silver lining", as the saying goes, and this moment gave me the opportunity to look back on my musical journey and identify its key aspects. Assuming that my career as a saxophonist and composer was not the impetus for an absorbing discussion (concerts and records are much better testimonials) I decided to focus on the Grolektif.  The reason for this is that  I found myself at the epicentre of this collective of musicians from Lyon for fourteen years, from its beginnings until the curtain closed at the beginning of 2019, a few months before this meeting in the small, caulked hall, and the timing seemed ideal to attempt a critical retrospective.

Let’s start at the beginning: the year 2004. About fifteen musicians find themselves at the back of a bar with a slightly vague desire to do things together. Soon, desires meet and we start to organise many concerts in order to practise, to engage with other musicians and to find an audience (or not!). What emerged was a sincere and generous original burst of activity that sustained itself, bringing together many musicians and pushing everyone to invest themselves humanly and artistically in this activity. A name and a banner was then created, and even if the parameters were still to be defined, the collective was born on April 1st 2004.

Soon enough, the desire to produce and distribute our own music arose and with it the need for money. Here again the collective strength was an advantage. We obtained funds which we invested in the common activity; first job; the setting up of administrative tools, an office, the means of common communication, etc... In 2007, 3 years after the establishment of the group, it was the participation in the creation and the activity of a venue for  concerts and rehearsals, Le Périscope, which became the cement for the collective. Once again, the numerical strength offered by the collective made it possible to create such a common tool, the first glimmers of which had appeared in the illuminated brains of a few (Pierre Dugelay in mind, to name but one).

By the time it reached its 10th anniversary in 2013, the collective had a solid structure, a widespread communication and distribution network and was involved in the occupation and management of a concert and rehearsal venue in full development. The next challenge consisted in trying to continue to develop a collective production tool, taking into account  the aesthetic diversity of the collective’s music that has been omnipresent since its creation, but which was becoming much more of a major issue.

Finally, after several years of experimentation and attempts to bring together the production tool, the collective ceased to exist at the beginning of 2019. It could boast almost fifteen years of existence, the creation of a label, and many diverse groups, the organization of 3 festivals, an exceptional workplace, permanent jobs, the creation of a network of collectives (Collision Collective) and a rallying banner for at least 50 musicians all periods combined.

But then why did it finally close? What made Le Grolektif unable to resist yet another major crisis? And more generally, what can weaken a collective to the point of its ceasing to operate?

In the early years of my collective experience, I often thought that it was the need for individualism that would lead to its collapse. I even found it frustrating and paradoxical that the collective often helped the personal careers of the musicians who were members to develop, but failed to keep the most free, and often most individualistic spirits,  under the common banner, at least artistically. But quite quickly I came to think that this was precisely what nourished the collectives and that the collective's vitality lay in the search for this balance: to succeed in accompanying the need for human and artistic individualism with the nourishment of the common interest. In my opinion, when these two parameters are present, that is when the collective is at its most exciting both artistically and on a human level. To me, this individualism does not tend to put an end to a collective, it nourishes it more than it weakens it and in my opinion, it is necessary for the viability of a collective. It creates movement, impulses, sometimes envy or jealousy the reaction to which become a source of movement and therefore of artistic creation. And when these individuals leave, they force others to reposition themselves, and over time to assert themselves as a strong artistic entity, capable of nourishing the collective in their turn. On the other hand, if in these moments of fragility, the collective can no longer rely on enough individuals as leaders, capable in turn of defining strong directions, then its existence begins to lose meaning.

It is the strongly asserted artistic individualities that make common projects flourish, and not the other way around. Without them, collaborative projects cannot grow, and without projects, there is no collective. End of the story. And this is undoubtedly a good thing. The collective must stop when there is no longer a need for it. By this I mean a need that goes beyond the mere administrative or production tool, no matter how efficient it is. We create a collective of musicians to develop projects that would shake up cultural situations that are too fixed, or to respond to artistic desires and lacks. They must stop when the projects no longer exist, when the gaps are filled and the desires are satisfied. Otherwise they risk artificial survival, or only a life of convenience. For the rest, it is necessary to know how to find other forms capable of responding to new needs.

The example which for me best illustrates this is the creation of the  le Periscope venue. Its creation was a necessity: many musicians needed a new concert club in Lyon and rehearsal space. But the initial initiative was the work of a small handful of people who managed to get the collectives involved. The latter in turn made it possible to unite under larger banners, offering the human strength and the first administrative and structural frameworks that enabled the project to flourish. And they gave a very special DNA to this music venue. But it was the egocentric and individualistic nature of the initial desire that allowed the involvement of the collectives and the realisation of this common tool, a tool that is very widely used today and which is useful to many more musicians than the totality of the members of the original collectives.

To conclude, I am convinced that it is first and foremost an individual, philanthropic and individualistic motivation that drives a collective and leads it into a common unifying project. Once the project is completed (in this case the creation of a music venue) it must succeed in projecting itself into a new common project, the fruit of a new individualism. Otherwise it ends up becoming frozen and becomes an inert matter, more constraining than creative, and to which one must simply admit an end. And that is all very well. The collective is dead, long live the collective. Time to go on!



arrêt République


Villeurbanne, le 18/12/19

Il y a quinze ans je quittais le 46 de la rue de la république, un DEM sous le bras. Lundi j'ai traversé la rue pour aller juste en face, au 61 ; studio Mikrokosm. Aujourd'hui j'ai continué la rue pour manger à la plage de Rita (image ci dessus). Et dans quelques mois j'aurais un nouvel album de Polymorphie dans les mains _ made in 69100. J'aime bien cette rue. Métro A _ ligne rouge _ arrêt république.



Back to the site


Une année entière d'un long silence.... une année à me concentrer sur cette nouvelle Compagnie 4000... c'est que ça prend du temps et du cerveau cette petite chose là. Mais ça y est. Back to the site. Pour l'occasion voici une vidéo de la toute dernière création de Polymorphie, "Claire Venus". Sur un texte d'Eugène Guillevic :

 

"Je t'ai cherchée

Dans tous les regards

Et dans l'absence de regards,

Dans toutes les robes dans le vent,
Dans toutes les eaux qui se sont gardées,
Dans le frôlement des mains,

Dans les couleurs des couchants,

Dans les mêmes violettes,

Dans les ombres sous tous les hêtres,

Dans mes moments qui ne servaient à rien,
Dans le temps possédé,
Dans l'horreur d'être là,

Dans l'espoir toujours
Que rien n'est sans toi,

Dans la terre qui monte
Pour le baiser définitif,

Dans un tremblement
Où ce n'est pas vrai
Que tu n'y es pas."



Carnet de route SMAC 07 #1


Meysse, le 06/11 _ résidence Polymorphie #1

Deuxième résidence ardéchoise en tant qu’artiste associé et premiers mots sur le carnet de route 07. St Jean Baptiste désacralisé a donc veillé sur Marine Pellegrini et moi-même 4 jours durant ; il nous a observé ouvrir, lire, corner, fermer, débattre, rêver, douter, rouvrir, annoter et refermer nos recueils de poésie glané pour l’occasion. Nous en avons puisé le contenu de la prochaine création, “Claire Venus” ; c’est ainsi que des poèmes d'Apollinaire, Louise Labé, M.A. Genest, Leonard Cohen, Pasolini, Aragon ou Eugène Guillevic répondront à la correspondance passionnée d’Anais Nin et Henry Miller. Mais je vous en ai déjà trop dis. Je me tais à l’instant. La prochaine étape : en mars à l’école du vent, sur les toits de l'ardèche, afin de prendre de la hauteur pour composer la musique qui habillera ces mots. Les trois bises de rigueur.



Polymorphie la suite


Alors que nous avons donné le dernier concert de "Cellule" au festival RIO la semaine dernière, voici ce qu'on prépare dans les tuyaux : "Claire Venus", création pour quintet autour de sonnets amoureux. Et voici la distribution :

  • Marine Pellegrini : chant, spoken word, clavier
  • Simon Girard : trombone
  • Damien Cluzel : guitare baryton
  • Léo Dumont : batterie
  • Romain Dugelay : saxophones, composition

Je vous en dis plus bientôt (et ici aussi)



du pognon, du pognon, du pognon


Propulsé par HelloAsso


Info Lettre #10 : vous avez dis 4000 ?


Chers vous,

comme je l'expliquais dans ma précédente newsletter, j'ai crée ma propre structure de production de disques et de concerts : la Compagnie 4000. Cependant je n'imaginais pas que la concurrence serait si rude... Et pourtant il faut bien se rendre à l'évidence ; je me trouve face à un marché inondé par le 4000, ou seul les mieux armés en sortent indemne. C'est pourquoi j'ai lancé une campagne de financement participatif afin de récolter les 4000 qui feront la différence. Ensemble nous pouvons y parvenir ! La Compagnie 4000 a besoin de vous & you need the compagny, car ensemble tout devient 4000.

Tendrement,

 



Koumamatata


ça faisait bien longtemps qu'on avait pas foulé la scène à trois, et il faut avouer que ça fait bien bien du bien. Petit retour vidéo du concert complétement dingue à la Parole Errante à Montreuil, sur l'invitation de nos fidéles con plisses de SEC.

Et pendant que j'y pense, on rentre en studio fin juin pour enregistrer des nouvelles choses. Sortie prévue début 2019. Préparez vos bitcoins.



Kaixu vidéo live


#souvenirs #souvenirs #johnnyhallyday?



Peau neuve


Un nouveau site pour le Grolektif : www.grolektif.com



Match retour


Du 19 au 24 octobre débarque à Lyon une vingtaine de colombien pour procéder au match retour de l'échange entre le Périscope (salle de 200 places) et la ville de Bogotá (6 778 691 habitants). Un bien beau projet au sein duquel on jouera avec la nouvelle création Kaixu le mardi 24 octobre au centre Charlie Chaplin à Vaulx en Velin.

Plus d'infos : http://www.periscope-lyon.com/_musicas-hibridas



Kaixu en image


et hop un petit teaser de notre séjour colombien, monté par bibi #diversification



Pixvae summer tour


#voyagevoyage #fêteàlasaucisse #campinggéant #maisquandmêmecestsuperbien #etjesuisbiencontent

http://www.romaindugelay.com/dyn_img/cms/ae33c7c0c32d4db1efe17f19771fdf7a.jpg



La newsletter du Grolektif


En attendant que je fasse la mienne (non j'ai pas d'excuses), vous pouvez lire celle là, elle est rudement bien.

http://www.grolektif.com/newsletter.php




De retour de Bogota avec un nouveau projet dans les valises : Kaixu, comme une suite de Pixvae, un peu agrandi. Et sans rire c'était completement fou. Mais vraiment. Fou et refou. J'en dis pas plus parce que ça sert à rien, je ferai transiter un peu de son et de vidéo ici même dès que ce sera pres. Et puis vous verrez bien ce que ça donne en live car on prépare une belle tournée pour octobre 2017

Love et joie



Info lettre #8 / 31 oct 2016


Cher(e)s vous

Je n'aurai qu'un mot : pardon
Pardon de vous avoir laissé sans nouvelles pendant presque 10 mois.
Pardon d'avoir laissé les paillettes me monter à la tête.
Pardon de n'avoir su dire merci
Pardon... cela n'arrivera plus (enfin normalement, parce qu'avec le succès on sait jamais)



PS : et pour de vrai ce soir je joue en live avec Pixvae sur France Culture, vers 19h45



Pixvae ?


Parce qu'il faut bien avoir un peu de privilege à venir se perdre sur mon site internet, l'album de Pixvae en exclu, mais chut



GIF Ahead 2016


#collectifcoax #avaulxjazz #defensedroitsdelenfance



GIF Ahead 2016


#aprilfishes #grolektif #spedition #etclickethopetclickethopetclickethopetclickethop



GIF Ahead 2016


#duretdoux #chromb #onfaitlesfousfous



GIF Ahead 2016


#baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas #baston #oupas



Gif Ahead 2016


#TOC #collectifmuzix #spedition #ratatatata

 



GIF Ahead 2016


#tangerine #collectif1nameforacrew #spedition #davantdarriere



Info lettre #7 / 19 janv 2016


Cher(e)(s) vous,

À nouvelle année, nouvelle stratégie de communication. C'est évident, en 2016 ce qui va fonctionner, c'est la nécrologie :

" Né en 1983 (le 19 janvier pour être exact...), la même année que la victoire à Roland Garros de notre héro national de la balle jaune, son parcours fut tout au moins aussi brillant que celui du grand Yannick. En effet, il a su, par sa maîtrise, sa dextérité et son mental, redonner au saxophone toutes ses lettres de noblesses. Sa place au panthéon des "saxophonistes qui ont marqué leur temps" est incontestable, au côté des non moins grands Bill Clinton, Kenny G ou Tim Cappello. Soyez en sur, son passage dans le monde de "la musique qu'on aime bien, mais qu'on ne mettrait pas en soirée" laissera une trace indélébile. Un simple conseil donc : ruez vous sur sa discographie, avant que les invendus ne soient tous écoulés."

Voilà, je crois qu'on est pas mal. Il ne me reste qu'à résoudre deux problèmes :

1. Je suis en excellente santé (oui je vous assure, et j’espère que vous aussi d'ailleurs).
2. Ça risque d'être compliqué de vendre des concerts après ça...

Bon ok, je retourne réfléchir un peu




Collision, collision, collision


Il y a un peu plus d'un an, s'organisait dans nos cerveaux malades de musiciens, l'évenement Collision Collective. Cinq événements, pleins de concerts, des tables rondes, une fu..ing soirée à Jazzahead et plein d'amour. Et voilà. "VENI, VIDI, VICI" comme dirait l'autre, et de belle manière. Il ne reste plus qu'à imaginer une suite, repenser tout ça et tirer le meilleur de ces collisions fécondes.

Une nouvelle meléé est prévue le 24/09, et promis, on revient avec plein de nouvelles idées !



Périscope mon amour


Ahhhh le Périscope..... bientôt 8 ans qu'on y traine nos guêtres, nos oreilles, nos foies, nos connaissances en maçonnerie, plâtrerie-peinture et terrassement, qu'on y perd nos neurones (qu'on en regagne quelques-uns parfois), qu'on y dors, qu'on y mange, qu'on s'y engueule, qu'on s'y embrasse et même en y faisant tout ça, et bien c'est toujours debout, et de bonne manière.

Toute la programmation ici : http://www.periscope-lyon.com

Concernant l'usage du pronom « y » veuillez vous référer à ce magnifique tutto



Sortie de "Cellule" !!! --> 16 octobre


Le nouveau disque de Polymorphie, "Cellule" sortira le 16 octobre chez l'Autre Distribution et le Grolektif.

Avant de l'acheter, vous pouvez l'écouter ici, et du coup peut être ne pas l'acheter, ce qui vous fait économiser de l'argent.

Mais vous pouvez aussi venir aux concerts et l'acheter :

  • 13/10/2015 : Studio de l'Ermitage @ Paris
  • 15/10/2015 : Brise Glace @ Annecy
  • 05/11/2015 : Festival Parole Ambulante / Le Périscope @ Lyon
  • 11/11/2015 : Festival Jazz d'Or @ Strasbourg
  • 13/11/2015 : Café Pêle Mêle / Chien à Trois Pattes @ Montmerle sur Saône
  • 14/11/2015 : Cave à musique @ Macon

 



Info lettre #4


D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours su que quelque chose me liait à Jean Philippe. Une sorte d'admiration refoulée, qui m'a longtemps laissé orphelin d'un modèle dont je n'osais accepter la filiation. Aujourd'hui, après 33 ans d'une existence troublée par l'absence d'un guide spirituel digne de ce nom, je réalise enfin, grâce à une incroyable concordance numéraire, sémantique et cosmique que mon destin est lié au sien. J'ai décidé de vous livrer ici les faits, simplement les faits, mais qui par leurs évidentes corrélations, vous feront sans nul doute partager mon enthousiasme.

  • Nom : GATIEN → exactement les mêmes voyelles que dans PIXVAE, nom du nouveau projet de latin-core franco-colombien dont j'ai l'honneur de faire les arrangements)
  • Prénom : Jean Philippe → 12 lettres, comme les 12 membres du Grolektif, collectif de musiciens auxquels je m'accroche depuis 11 ans)
  • Date de naissance : 16 octobre 1968 → exactement 47 ans avant la sortie du nouveau disque de Polymorphie, « Cellule »
  • Lieu de naissance : Ales → je n'ai pas encore trouvé, mais ce sera sans nul doute en lien avec un prochain projet)
  • Sport : Ping Pong → PONG est le nom de mon solo, que je jouerai pour la premère fois au Périscope ce vendredi 3 juillet
  • Raquette jouée : Double Fish → Fish, poisson en français, est l'emblème du Grolektif, mais c'est également la moitié au singulier du nom du projet mené par Manu Adnot, April Fishes et dont nous enregistrons le premier disque cette semaine.

Je préfère en rester là, la suite donnerait le vertige...

Des informations sans doute plus intéressantes ci-dessous.

Amicalement,

Romain Dugelay