Polymorphie - "Claire Venus"

Création 2019 / coproduction SMAC 07 - La Compagnie 4000

Line Up

  • Marine Pellegrini : chant, spoken word, clavier
  • Simon Girard : trombone
  • Damien Cluzel : guitare baryton
  • Léo Dumont : batterie
  • Romain Dugelay : saxophones, composition

Le projet

En 2012, Romain DUGELAY imaginait “Cellule”, une création pour sextet (une voix, 2 sax alto, 2 claviers, guitare baryton et batterie) questionnant l’univers carcéral par le biais d’une sélection de poèmes écrits en détention. On pouvait entendre les mots d’Oscar Wilde (Ballade de la Geôle de Reading), Albertine Sarrazin, Jean Zay, Paul Verlaine et un auteur anonyme. Six ans plus tard il souhaite renouer avec la matière littéraire et imagine “Claire Venus”. Cette nouvelle création poursuit le travail entamé avec “Cellule”, mais s'intéresse cette fois ci aux relations amoureuses et passionnelles au travers d’une sélection de sonnets tirés de recueil de Shakespeare, Pasolini, Louise Labbé, Guillaume Apollinaire et quelques autres.

Historique et intention

“Claire Vénus” est la 3ème étape d’une collaboration artistique entamé en 2010 entre Marine Pellegrini et Romain Dugelay. Celle-ci s’inscrit dans leur travail de recherche autour des différentes connexions possibles entre la matière littéraire et la composition musicale. Elle a débuté avec “Voix”, premier album du groupe Polymorphie sorti en 2011. Lors de cette première rencontre ils ont notamment travaillé sur un triptyque construit à partir de poèmes et de chansons de Nick Cave, auteur compositeur australien. Cette pièce constitue la pierre angulaire de leur collaboration artistique qui consiste à construire une dramaturgie à partir d’un montage de textes et d’élaborer la musique autour de cette construction. L’objectif final est bien de rester dans le cadre du concert, et non de la pièce de théâtre ou de l’opéra. Ils procéderont de même pour “Cellule”, disque est sortie en octobre 2015. Ici le procédé est imaginé sur un disque entier et non plus sur un triptyque. Ils décident également de choisir plusieurs auteurs sur une même thématique permettant ainsi à l’auditeur de se déplacer au travers des époques (de 1898 à nos jours) et des langues (l’anglais et le français).
“Claire Venus” se nourrit de ces précédentes explorations artistiques et procède de la même démarche, à ceci près que les textes choisis sont exclusivement des sonnets.

La forme du sonnet

Pour cette 3eme collaboration, Romain Dugelay a donc souhaité travailler exclusivement autour de la forme du sonnet. Cette forme poétique contraignante fait particulièrement écho à son travail de compositeur. En effet il propose une écriture que l’on pourrait qualifier de “systémique” en ce sens que la composition musicale est intégrée dans une architecture rythmique et/ou mélodique contraignante, qu’il établit au préalable. Il est influencé en cela par des compositeurs tels que Fabrizio Cassol et Stéphane Payen du côté du jazz ou encore Olivier Messiaen et Jean Sebastien Bach pour le classique. La forme contraignante du sonnet, constitué de deux quatrains et deux tercets trouve un écho particulier à l’écriture de Romain Dugelay. Et comme tout cadre, celui du sonnet ne demande qu’à être déformé, comme le montre les multiples autres formes imaginées au fil du temps : sonnet shakespearien, sonnet alterné, sonnet marotique, etc… Une forme de liberté qui trouve là aussi de multiples similitudes avec ses préoccupations artistiques en tant que compositeur mais également en tant qu’improvisateur.